T. Bernhard: le neveu de Wittgenstein

1.70

En stock

UGS : 9782070384471 Catégories : , Étiquette :

Description

très bon état

Comme celui de Rameau, le neveu de Wittgenstein, que nous présente son ami, est un original, pittoresque et pathétique, un vrai personnage de roman. Quant au philosophe, dont la vie, ou la légende, inspirait, de loin, Corrections, il n’apparaît ici qu’en creux, comme une très forte absence.
Ce texte (de 1982) n’est pas formellement rattaché aux récits « autobiographiques » (de L’origine à Un Enfant), mais, sans continuité chronologique, il lui arrive plus d’une fois de narrer et de commenter des événements attestés de la vie de l’auteur, et le « je » fictif qui parle ici ressemble à s’y méprendre à un certain Thomas Bernhard (ou à ce qu’il veut nous faire croire sur son compte). On ne s’étonnera pas que , confronté avec cet étrange ami, « c’est-à-dire avec lui-même », il nous confie, une fois de plus, et toujours mieux, des choses banales et profondes, et drôles à en pleurer, sur la vie, l’art, les prix littéraires, les cafés viennois, la vie à la campagne, la compétition automobile, la maladie et la mort, dans un de ces soliloques hallucinés, répétitifs, impitoyables, dont il a le secret.
Dans cette furieuse mise à nu qu’il s’inflige, ainsi qu’à nous, ce terrible narrateur, décidément dérangeant, nous parle aussi pour la première fois de l’amitié. Il le fait admirablement et, pour reprendre une de ses expressions, sans le moindre ménagement, et cela fait très mal.

Informations complémentaires

Poids 0.130 kg
auteur

Thomas Bernhard

édition

folio

format

poche

nombre de pages

132

parution

2016